Fête de la Nature 2013

Comme chaque année, le Muséum national d'Histoire naturelle a accueilli la Fête de la Nature 2013 au Jardin des Plantes. Du 24 au 26 mai, de nombreuses activités gratuites étaient proposées au public, adultes, famille ou enfants : visites guidées, films, conférences, spectacles, animations. Le thème général de l'événement était « Cherchons les petites bêtes », et une vingtaine d'associations proposaient une animation dans le « village nature », installé cette année sur l'esplanade face à la Grande Galerie de l'Evolution et dans l'allée centrale du jardin.

Parmi ces associations, la SAGA représentait les Sciences de la Terre et avait choisi de monter un atelier autour du thème : « Ces petites bêtes qui construisent des roches », un sujet en parfait accord avec le thème général de l'événement et nos activités en Géologie et Paléontologie.

L'idée générale était de décrire la genèse de certaines roches formées à partir de l'accumulation de restes d'êtres vivants, souvent de petite taille, microfossiles ou nannofosiles. Elles constituent une famille importante des roches sédimentaires, complémentaire des roches détritiques (formées à partir de roches existantes) et des roches d'origine physico-chimiques (formées par exemple par évaporation d'un sel). Il en existe une grande variété, leur origine est d'ordre animal ou végétal et sont calcaires ou siliceuses . Exemples :



Modèle de nummulite


Pierre à liards

Au total, 18 panneaux présentaient les associations les plus courantes entre les roches et les êtres vivants qui les construisent : que sont ces êtres vivants ? quel est leur milieu de vie ? quelle est leur répartition stratigraphique ? quel est l'intérêt de la roche sur le plan industriel ou géologique ? Une place importante était donnée aux foraminifères dont on trouve une grande variété dans les calcaires (globigérines, fusulines, alvéolines, milioles, orbitolines, nummullites, etc.). Mais il existe bien d'autres roches biogéniques :

  • Les radiolaires constituent des roches siliceuses appelées radiolarites et jaspes.
  • L'accumulation des spicules siliceux de certaines éponges forme des spongolites.
  • Les coraux construisent des calcaires coralliens.
  • Certaines cyanobactéries construisent des stromatolites.

    Notons qu'un grand nombre de microfossiles trouvés dans ces roches sont de bons indicateurs stratigraphiques, c'est-à-dire que leur identification permet de situer la roche dans l'échelle stratigraphique.


    Calcaire à milioles
    Lame mince


    Coccolithes
    MEB (microscope électronique à balayage)

    Pour concrétiser le thème, plusieurs vitrines exposaient des supports matériels : échantillons de roches, fossiles réels ou modélisés, photos, etc. Les visiteurs pouvaient notamment découvrir la beauté et la diversité des microfossiles qui sont en général inconnus du public. Certaines pièces, observées à travers des loupes (voir photos ci-dessous), étaient vraiment surprenantes. En soupesant des échantillons, les enfants étaient particulièrement étonnés par la légèreté de la diatomite, approximativement deux fois moins dense qu'un calcaire.


    Globigérines


    Fusulines


    Spicules d'éponges

    Les panneaux de présentation et les échantillons ont été préparés par Jean-Pierre Malfay, Jean-Pierre Roucan et Annie Cornée. Nous les remercions très chaleureusement, ainsi que la dizaine de membres de la SAGA qui ont animé l'atelier pour les scolaires (vendredi) et le public (week-end), fort nombreux malgré une météo assez maussade.

    Quelques livres et sites web pour en savoir plus :

    Crédit photos : Marie-Madeleine Blanc-Valleron (MNHN), Denise Noël (MNHN), Jacques Cuny, Jean-Louis Fromont