La craie turonienne de Grainval-Yport (Pays de Caux)

Cette sortie en Haute Normandie était conduite par Jean-Pierre Gély, géologue, et François Fröhlich, professeur au Muséum national d'Histoire naturelle. Elle comprenait deux parties : le matin, visite du Musée de Lillebonne et l'après-midi, observation de la craie et des silex sur la côte de Grainval-Yport.

Lillebonne est une petite commune située à une dizaine de kilomètres de Tancarville. Le musée de paléontologie est installé dans une ancienne église du XVIe siècle. Le fonds vient en partie de la collection Filliol, un ancien membre de la SAGA. Les fossiles exposés ont été collectés sur la côte normande, entre Dieppe et Houlgate et correspondent à des couches allant du Kimmeridgien au Sénonien. Une des plus belles pièces de la collection est un ensemble d'Echinocorys silicifié dans un bloc de craie.

Après déjeuner, le groupe rejoint la côte à Grainval où l'on découvre une belle falaise de craie, typique de la côte d'Albâtre. Au premier coup d'oeil, on note les bancs de silex horizontaux, les sources qui jaillissent de la falaise, les éboulements récents qui traduisent le recul de la falaise estimé en moyenne entre 0,5 et 1 mètre par an.

L'observation la plus surprenante concerne les paramoudras. Ce sont de grosses concrétions de silice cylindriques, verticales ou couchées, pouvant atteindre plusieurs mètres de hauteur. Ces concrétions sont nombreuses et on en voit dans la falaise et sur le platier. On profite de la marée basse pour observer une surface où elles sont particulièrement bien dégagées.

Une hypothèse avancée par certains chercheurs explique l'origine de ces silex par des terriers d'organismes fouisseurs (appelés Bathicnus paramoudrae). Dans ces terriers, des bactéries auraient créé des conditions physico-chimiques favorables à la précipitation de silice. Mais cette explication est loin d'être partagée par tous les spécialistes et le sujet reste largement ouvert.

Ces curiosités se retrouvent sur d'autres sites d'Europe du Nord-Ouest : Norfolk (Grande Bretagne), Irlande, Danemark et Allemagne.

Si vous souhaitez explorer le Pays de Caux sur le plan de la nature et de la géologie, vous pouvez préparer votre excursion en consultant le site web de l'Université du Havre : Les sites du Pays de Caux.




Paramoudra émergeant du platier


Le professeur Fröhlich expliquant
la formation des bancs de silex